Dytiscus marginalis

Dytiscus marginalis - La Larve !

Dysticus larvae

 

Biologie, moeurs, aspect, etc : Le dytique bordé (Dytiscus marginalis) est un grand coléoptère aquatique carnassier affectionnant les eaux calmes. Il mesure environ 3,5 cm. Dans cet article c'est sa larve qui va nous intéresser.

Le Dytiscus marginalis junior, c'est la chose atroce qui, vous vous en doutez, vous est présentée ci-dessus. C'est une sorte de larve jaunâtro-blanchâtre, avec six pattes bordées de poils, un long abdomen lui aussi bordé de poils terminé par 2 sortes de rames comme pour la larve d'agrion (sauf que cette dernière en a 3 et non 2), et surtout une énorme tête aplatie armée de 2 crochets acérés et dotée de 2 petits yeux noirs et de fines antennes. La bestiole mesure environ 5-6 cm à sa taille maximale.
 

Les mouches aussi, c'est bon !

Larve dytique 1

 

Comme l'adulte la larve en question se trouve principalement dans les eaux calmes à végétation abondante. Pour nager elle agite simplement ses 6 pattes (d'où l'interêt des poils pour une meilleure prise à l'eau). Si la larve veut mettre un peu le turbo, elle détend violemment son abdomen (avec encore ces poils très utiles !) pour se propulser. La larve de dytique n'ayant pas de branchies, elle respire donc à la surface dans une position caractéristique en forme de S ou de L tordu, selon le côté duquel vous la regardez.

 

Cette sale bête veut "gniaker" mon doigt !

Larve de dytique 1

 

Tout comme l'adulte, la larve de dytique est prédatrice. On peut même dire qu'il s'agit peut-être d'un des prédateurs les plus voraces et redoutables ayant jamais existés sur cette planète... La larve de dytique cherche essentiellement ses proies en explorant la végétation et les recoins sombres, mais peut également chasser à l'affût. Elle harponne ses victimes avec ses deux crochets instillant une salive à l'effet paralysant et liquéfiant, et en aspire le contenu, laissant derrière elle une enveloppe vide. La larve de dytique s'attaque un nombre considérable de type de proies, aussi bien des invertébrés (vers de vase, larves de libellules et d'agrions, notonectes, cloportes d'eau, corises, larves de phryganes, même d'autres larves de dytiques !) que des amphibiens comme les tritons et leur larve, les têtards, les petites grenouilles... dont les vaines protestations sont vite tempérées par l'effet du venin. Seules les bestioles portant une épaisse carapace et celle dont la taille dépasse ses capacités prédatrices lui résistent.

Cette larve à la croissance très rapide (une mue tous les quelques jours !) possède un appétit plus que gargantuesque qui surpasse tout ce que j'ai jamais pu observer chez les insectes.

 

Illustration de prédation. Ce têtard en a fait les frais...

Larve de dytique

 

Une fois arrivée à maturité la larve de dytique se hisse sur la berge pour se réfugier dans une anfractuosité et y réaliser sa nymphose. Environ un mois après un beau coléoptère adulte en sortira prêt pour de nouvelles aventures !

 

La tête du monstre !

Larve predatrice