Créer un site internet

Ranatra linearis

La Ranatre - Ranatra linearis

Ranatre 1

 

Biologie, moeurs, aspect, etc : La ranatre est avant tout un insecte aquatique, de la famille des Hémiptères, c'est à dire des punaises. Elle appartient à la famille des Nepidae, et elle est avec la nèpe la seule représentante de ce groupe en France. La ranatre est en fait une nèpe allongée. Avec son corps en forme de losange, cette dernière passe très bien pour une feuille morte, tandis que la ranâtre est une copie d'un bout de jonc desséché.

La bestiole en question, à taille adulte, mesure environ 4 cm (sans le siphon respiratoire). Elle est généralement jaunâtre ou brun-noire, mais certains individus ont une livrée rougeâtre très attrayante.

 

Spécimen de couleur rougeâtre. Joli, non ?

Ranatra

 

Vous noterez qu'à l'extrémité de son abdomen il y a une sorte de long filament rigide à peu près aussi long que le corps. Les plus naïfs croiront qu'il s'agit d'un dard qui sert à piquer (d'où son surnom "scorpion d'eau"), mais ce prétendu dard est en fait ni plus ni moins qu'un tube servant à perçer la surface de l'eau pour permettre à sa propriétaire de respirer.

La ranatre sait nager, mais très maladroitement à l'aide d'un mouvement plus ou moins désordonné des pattes médianes et postérieures. Comme la nèpe, il s'agit d'un insecte très placide, effectuant très peu de déplacements. Toutefois, malgré sa lenteur et son air débonnaire, cet insecte est un féroce prédateur d'invertébrés aquatiques en tout genre, qu'elle capture à la manière d'une mante avec ses pattes antérieures ravisseuses. Comme toutes les punaises prédatrices, la ranatre applique ensuite son rostre sur le corps de sa victime pour en aspirer le contenu avec une salive contenant des enzymes digestives.

 

Tête grossie à la loupe d'une ranatre. Ses gros yeux globuleux lui confèrent une très bonne vision.

Ranatre tete

 

Les proies de cette charmante bêbête ? À peu près tout ce qui est en mouvement et qui n'est pas trop gros : vermisseau en tout genre, alevin, larve diverses, petits têtard, corises et également gerris qu'elle attrape par une patte et entraîne sous l'eau. En dépit de son physique longiligne, la ranatre est très vorace et peut s'attaquer à un nombre impressionnant de proies dans une seule et même journée.

 

À table !

Jeune ranatre 1

 

Les oeufs sont pondus par la femelle dans les débris flottants à la surface de l'eau. À l'aide de son court ovopositeur, elle "incise" les parties ligneuses des tiges ou d'autres débris végétaux pour y inclure ses oeufs - généralement une petite dizaine par ponte. Ces derniers sont surmontés de deux étranges filaments, comme on peut le voir sur les photos :

 

Ranatre en train de pondre.

Ranatre ponte

Oeufs inclus dans une tige flottante.

Ranatre oeuf

 

Après quelques semaines d'incubation, de petits "ranatreaux" s'extirpent tant bien que mal de leur enveloppe pour rejoindre le dangereux monde aquatique. Au stade L1 ils sont de couleur grisâtre avec des rayures plus claires. Très rapidement ils se postent à l'affût dans la végétation aquatique pour épier les malheureuses petites bestioles qui viendraient malencontreusement passer à leur proximité... ils ont bon appétit et se saisissent de proies proportionellement beaucoup plus grosses que celles que peuvent attraper les adultes !

 

Jeune L1.

Jeune ranatre 2